Bonjour, amis lecteurs... Nous apprenons le décès d'un des plus grands chefs d 'orchestre du XXe siècle, le charismatique GEORGES PRÊTRE, qui connut la gloire et les honneurs dans l' exil vers des pays plus ouverts à notre propre culture que nous-mêmes parfois ! De retour en France il fut enfin reconnu et dirigea de superbes orchestres comme celui de l' Opéra de Paris (entre-temps il avait dirigé notamment à Vienne et bien d'autres capitales) Lorsque j'étais encore en activité, j 'entendais dire le plus grand bien de lui notamment par des clarinettistes de l' Opéra de Paris - Certes moins adulé que Karajan, il était en tous cas l' égal des Giulini et autres confrères eux-mêmes disparus pour nombre d'entre eux... La presse salue cet artiste comme l'un des derniers géants, qui avec Pierre Boulez entre autres -et malgré toutes leurs différences- on porté haut le flambeau de "l' Ecole Française" dans le monde entier ! Rendons-lui hommage avec cet extrait du "Boléro", l' oeuvre musicale française la plus jouée au monde !

https://www.youtube.com/watch?v=V9SFKV_hzZk


Le maître dirige ici l' orchestre de la R.A.I. - Radio Nationale Italienne - avec toute sa ferveur et sa sensibilité, attentif au moindre détail... Observez-le ainsi que les solistes , le clarinettiste avec son bec en cristal -typique des Italiens -, son collègue à la "petite" clarinette (en mib), le cor Anglais, le basson, les saxophones, d'abord le ténor- un "Selmer MK VI" pour les connaisseurs-, puis le sopranino, repris dans le grave par le soprano, la trompette, les piccolos soutenus par les flûtes, et le son qui enfle... Je pense que le final aura inspiré les Beatles pour le final de "A DAY IN THE LIFE" !
Reposez en paix cher Georges Prêtre, vous retrouvez la divine Callas dont vous fûtes l' accompagnateur attitré, et tous vos compagnons de scène, vous nous laissez un héritage merveilleux !