Music Love Supreme

24 mars 2018

FESTIVAL CORDES SENSIBLES A SAINT-MEDARD-EN-JALLES (près Bordeaux)

Bonjour à toutes et tous...

Un drame vient d'endeuiller plusieurs familles de l' Aude...

Quoi de mieux pour "survivre" à ces faits horribles que de faire confiance à l' Art et à la Musique ? 

Justement la région bordelaise offrait un cocktail musical particulièrement riche ces derniers jours, jugez-en :

Jeudi soir à l' Auditorium, concert du pianiste Adam Laloum (lauréat des "Victoires de la Musique Classique") dans le 2e concerto de Brahms (mon compositeur classique préféré) -
En première partie une très belle oeuvre de Paul Hindemith : Symphonie "Mathis le Peintre"
Très beau concert avec l' O.N.B.A. ( Orchestre National de Bordeaux-Aquitaine) - j'ai pu apprécier les excellentes parties solistes du clarinettiste (et ami) Richard Rimbert et du flûtiste Jacques Libouban (désormais professeur de ma petite-fille !), mais aussi tous les excellents intervenants, hautbois, piccolo, cors , cuivres, cordes, percussions etc...
La veille, Adam Laloum avait présidé une conférence sur ce fameux concerto, dans les salons du Grand-Théâtre, à laquelle j' ai assisté - J'ai ainsi mieux connu à la fois le pianiste et l' oeuvre présentée. Seule petite remarque, la musique que l'on nous diffusait dans l' attente du début de la conférence n' était pas du Brahms, mais...un extrait du concerto pour clarinette de Mozart (K 411) - On aurait pu choisir un mouvement du trio ou du quintette de Brahms... Bon, Mozart met tout le monde d' accord, soit...
Le lendemain du concert, France Musique avait installé ses studios dans la "Cité du Vin" récemment inaugurée - J'ai donc eu le privilège d'assister en direct à l' émission "Carrefour de Lodéon" en présence du jovial et immense connaisseur Frédéric Lodéon, émission de deux heures avec divers petits concerts "vivants" dont notammment un impressionnant duo de "marimbas" par deux des percussionnistes de l' O.N.B.A.
Puis ce fut "OPEN JAZZ" d' Alex Duthil, en présence de l' oenologue Thomas Duroux et de Dominique Renard président du Saint-Emilion Jazz Festival- L 'émission était fort justement liée à l' exposition "Le Vin et la Musique" actuellment en cours et donc Alex Duthil a choisi diverses versions de "The Day of Wine and Roses" pour thème.

Puis aujourd'hui, changement de lieu et de style ... La jolie petite ville de Saint-Médard-en Jalles accueillait pour la septième annnée le festival "Cordes Sensibles" dédié à la guitare - expositions, concerts et master-classes se sont succédés et ce soir le grand concert avec Jean-Félix Lalanne et Eric Gombard, maîtres incontestés du "finger-picking", mais aussi le duo "classique" THEMIS, le groupe folk-blues "BEAUTY AND THE BEAST", les élèves des classes de guitare du secteur...

PHOT LALANNE GOMBART

Eric Gombard et Jean-Felix Lalanne interprétant "Train, train" à deux sur une guitare "Maurice Dupont" !
A noter la présence d' exposants :
les luthiers :
Maurice DUPONT (guitares classiques, acoustiques, jazz" manouche" , électriques... établi à Cognac (Charente)-
Hans KOCHERSCHEIDT -guitares "jazz manouche" type "Maccaferri" établi à Lacanau (Gironde)-(hans.kocherscheidt@aliceadsl.fr)
Philippe CATTIAUX : guitares acoustiques, jazz, "vihuela" (baroque) - à noter : une excellente et très séduisante guitare "de voyage"                électro-acoustique particulièrement sonore sans amplification (www.philippe-cattiaux.com)- établi à Bergerac (Dordogne)
Thomas LAUGE : guitares de concert classiques et flamencas - établi à Lugon (Gironde)

Dans la salle d'exposition, j' ai pu croiser de nombreux passionnés et également des professeurset artistes présents, en particulier Jean-Félix Lalanne et Eric Gombart, intéressés, tout comme les luthiers, par ma "merveilleuse" et ultra-rare guitare "de dame" du luthier espagnol (Valence) SALAVADOR IBANEZ, à l' origine des guitares IBANEZ connues dans le monde entier -La mienne serait de 1920 selon l' avis d'un luthier parisien consulté en 2008 - 

AU cours d ela master-classe, nous avons pu poser plusieurs questions aux artistes que je remercie ici pour leurs explications musicales, techniques voire "historiques" (évocations du regretté Marcel Dadi, anecdotes sur d'autres guitaristes etc...)

Félicitations et remerciements aux organisateurs de cette manifestation, à laquelle je ne manquerai pas de retourner l'an prochain si je suis disponible. !

 

Posté par Richard SCOTTO à 19:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]


09 mars 2018

FLUTES PARMENON : LA TRADITION DE LA FLÛTE FRANCAISE !

MUS FLUTE PARMENON 1

Bonjour,
La majorité des flûtistes le savent, l' école française de la flûte traversière avec Moÿse, Crunelle, Bourdin, Rampal, Larrieu, Marion et bien d'autres, est la plus prestigieuse, ce qui est par ailleurs le cas pour nombre d'instruments à vent (notamment clarinette, trompette, hautbois...)
Au XIX et XXe siècle, les facteurs français avaient une réputation mondiale, qu'ils fussent des spécialistes comme le célébrissime Louis Lot, ou des sociétés diversifiées -toujours dans les instruments à vent- comme BUFFET, COUESNON, LEBLANC, SELMER, NOBLET et bien d'autres...
Dans la deuxième moitié du XXe siècle, les grandes marques américaines comme POWELL ou HAYNES, commencent à attirer les grands solistes, tandis que l' Anglais Cooper perfectionne la facture des flûte en améliorant la justesse de façon très sensible. Les étudiants ont à leur disposition les marques existantes comme Noblet, Malerne, Martin frères et les américaines Artley notamment...Mais le déferlement japonais au tout début des années soixante-dix va révolutionner le monde de la flûte en imposant meurs nouveaux concepts, basés à la fois sur la facilité d' émission et une mécanique très ergonomique, permettant l' accès au plus grand nombre... En même temps, la sonorité traditionnellement française, particulièrement timbrée, est souvent délaissée au profit d'un son plus "rond" et plus puissant... Ces changements sonnent le glas de la fabrication française -Yamaha accapare 95% du marché des instruments d' études -débutants et étudiants avancés,voire certains solistes, tandis que Muramatsu, Sankyo et dans une moindre mesure Miyazawa et Mateki vont être adoptés par 75% des professionnels... Un fabricant français va continuer à faire briller le flambeau de notre facture nationale : Jacques Lefèvre qui sous la marque "JACK LEFF" va perpétuer la tradition et surtout s 'intéresser aux instruments "particuliers" comme flutes altos et basses, voire contrebasse et octocontrebasse - De nombreux fidèles comme Pierre-Yves Artaud, Roger Bourdin, Bernard Wystraëte, Luc Urbain, lui voueront fidélité... L ' aventure continue avec son successeur ROOSEN toujours en activité - Entretemps, divers facteurs français vont travailler à apporter des perfectionnements aux instruments existants ; par exemple le Rouennais Ernest Ferron  qui va concevoir un bouchon de tête révolutionnaire et donc Michel Parmenon à Orléans, qui déposera un brevet pour un système de tamponnage révolutionnaire - Initialement installé comme "luthier" (disons réparateur/facteur plutôt) de clarinettes, saxophones, hautbois, bassons, cuivres divers mais aussi flûtes, c'est à  cet instrument  qu'il consacrera la plus grande parie de sa carrière, en lançant une production de flûtes "haut de gamme", reconnues et appréciées de nombreux solistes notamment dans les pays européens, puis gagnant au fil du temps et des innovations révolutionnaires apportées à ses créations, une vaste clientèle nationale et internationale -
La fabrication et la commercialistaion est reprise depuis quelques années par Rémi Caron et Pierre Hélou, qui sont venus présenter leurs dernières réalisations dans les cadre des ateliers " BARRA-CLERJOUX" Rue du Port à  deux pas du Conservatoire de Bordeaux et qui feront une conférence Samedi 10 Mars à "l' UNION SAINT JEAN" - Les instruments sont à l' essai depuis vendredi matin jusqu'à Samedi midi - J 'ai pu apprécier la perfection de la facture de leurs productions (argent ou or massif) ainsi que leur passion pour un métier certes exaltant mais difficile - De tels instruments exigent une rigueur et une dévotion très fortes autant au stade de la fabrication qu'au moment de la commercialisation - La distribution se fait essentiellement depuis les ateliers sis à Orléans, et par quelques points de vente comme Pierre Lotteau à Paris ou l' atelier Clerjoux (renseignements auprès de "PARMENON" 49 Rue du Colombier -45000 ORLEANS - 0033 (0)2 38 09 10 -www.parmenon.fr -
Félicitations à ces talentueux héritiers de la facture tradionnelle française et remerciements aux ets BARRA-CLERJOUX pour leur accueil (nombreux flûtistes présents qui m' ont paru extrêmement impressionnés par les instruments et les têtes de flûtes présentés.)
Musicalement votre...
Richard Scotto

 

 

Posté par Richard SCOTTO à 18:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 février 2018

DIDIER LOCKWOOD...

Bonjour amis musiciens, et lecteurs, lectrices...

Nous l' avons apris hier , brutalement, avec une immense tristesse.. . Didier Lockwood, l' emblématique "Prince Magicien" du violon et de la musique, a suivi l' envolée de son archet dans une de ces phrases musicales qui nous transportaient jusqu'aux étoiles, et c' est depuis là-haut désormais qu'il continueraà nous faire planer, rêver, aimer aussi...
Dur, le choc quand même... Tous ses amis, copains, compagnons, enfants, compagnes, son frère Francis, les anciens de Magma, les frères de scène français, américains ( j' en cite deux/trois connus de moi : Charlier, Sourisse, Séva, Ecay, Stern, Malach...) et bien d'autres, tous sont tristes, malheureux, orphelins même !
Issu d'une famille musicienne (par ex. son oncle professeur de clarinette à Tours...) nous connaissons son parcours... A dix-sept ans il est propulsé au firmament avec MAGMA,  il brille tellement que son "concurrent" éventuel -Jean-Luc Ponty- va choisir les U.S.A. pour y faire une belle carrière (Zappa, Mahavishnu etc...)
Perso, je le découvre surtout en 77 à Nice je crois donnant la réplique à Grapelly... Plus tard, -années 90 - je le rencontrerai grâce à Eric Séva et ilviendra faire réparer un saxophone dans mon magasin "QUINTETTE MUSIQUE" - Il jouait AUSSI du saxophone...
J 'assisterai à plusieurs spectacles et je suivrai son évolution à maintes occasions, sa "fusion" avec la msuique et la danse Indienne, son spectacle avec des jeunes au Studio" de l' Opéra-Bastille, des concerts au "SUNSET" etc...

A sa famille, à  son frère Francis, à la grande fraternité des musiciens,  mes sincères condoléances...

Richard Scotto

Posté par Richard SCOTTO à 10:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 février 2018

LE "JAZZE" N ' EST PAS MORT*

WINTON MARSALIS BIG BAND IN BORDEAUX...
Hier soir, vingt heures, les "connoisseurs" comme on dit en Anglais, se pressent dans le hall de l' Auditorium... Et pour la bonne cause "JAZZ AT LINCOLN CENTER" avec l' orchestre de Marsalis...J 'espérais y revoir Victor Goines (rencontré à Paris avec son collègue Wes Anderson dans mon magasin "Quintette Musique") mais il n' était pas au sein de l' orchestre -Qu'importe, quinze magnifiques musiciens : 4 trompettes -dont Marsalis-, 3 trombones, 5 saxes /clarinette/flûte , un contrebassiste, un batteur et un pianiste soutenant l' ensemble... En prime un superbe soubassophone qui sera joué une seule fois par un tromboniste histoire de nous rappeler l' origine Neo-Orléanaise du jazz... Car c' est bien du "jazz" au sens primal que nous avons entendus... Plusieurs arrangements sur Duke Ellington (oui, celui-là même que j' appelle "le Beethoven du XXe siècle)
Des compos diverses dont une "latino" dûe au contrebassiste... Tout cela excellement orchestré et ponctué d'excellents solos de trompette, trombone, clarinette, sax alto... A ce sujet, toujours pour les "connoisseurs" remarquons l' usage d'instruments à vent "vintage" pour la plupart, notamment de marques américaines (par ex. sax baryton"Conn" des années quarante ou cinquante) Je n' ai pu approcher les musiciens après concert étant venu avec un ami pianiste qui était pressé de repartir... 
En tous cas, cet ami, très grand professionnel à Paris jadis, a infiniment apprécié ! Ah, un détail : parité presque parfaite Noirs/Blancs dans l' orchestre, tenue vestimentaire unique et impeccable, y compris le leader, et...pas de "RAP" bien sûr, juste deux chansons bien interprétées et un hommage à la France avec "Minor Swing, de Django, et "La Vie en Rose" !
(Désolé, pas de photos, c' est interdit...)

Non le jazz ne mourra jamais, bien au contraire, il est le Phénix de la musique, qui renaît sans cesse de ses cendres !

* phrase favorite de mon "père sprituel en musique" Adrien Marès -pour mémoire, ex-accordéon/clarinette/sax baryton chez Ventura, Raymond Legrand, Jcques Hélian), qu'il  s' amusait à me glisser à l' oreille quand un piètre musicien essayait de nous "éblouir" par son médiocre talent !

 

Posté par Richard SCOTTO à 11:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]

FUGAIN, QUARANTE ANS PLUS TARD, ETERNEL JEUNE HOMME !

FUGAIN BORDEAUX 2018

FUGAIN OLYMPIA ANNEES 70

Bonjour !
Hier , flash-back de quarante ans... Un beau cadeau familial que ces deux billets pour le concert de Fugain (sans Pluribus hélas, mais avec une excellent équipe -De toutes façons l' exiguïté de la scène du "FEMINA" (où j' ai pu voir LeForestier, James Taylor entre autres) ne permet pas la performance d'une troupe "remuante" comme le furent "Le Big Bazar" et "Pluribus" maintenant...
Qu' importe...Michel est resté aussi dynamique, sympathique et "remuant" qu' à l' époque où j' eus la chance d'être invité par son guitariste Paul Farges , à l' Olympia, il y a bien quarante ans...
A l 'époque j' avais pris des photos -diapositives- avec mon petit "Olympus-Pen EE" une petite merveille qui "travaillait" en demi-format (18 X 24) ce qui doublait la capacité des pellicules... Aujourd'hui "on" nous interdit les photos mais hier soir, tout le monde filmait et photographiait snas que cela dérange quiconque et surtout pas l' artiste, très disponible, se rapprochant à deux mètres des premiers rangs, dialoguant avec son public conquis d' avance (âge moyen, j' estime 50 ans...) Michel se "tien"t vraiment très bien pour ... 76 ans dans trois mois...Très bien soutenu vocalement et scèniquement par sa charmante épouse, deux claviers très inventifs, un guitariste prolifique, batteur et bassiste "carrés", tous très jeunes -ils pourraient être ses propres enfants - , il a revisité en nous commentant chaque "hit" se plus fameuses chansons, rendu hommage à ses auteurs (Delanoë, Vidalin, Lemesle entre autres) et gratifiés de plusieurs rappels fort festifs, abordant avec gravité des sujets "délicats" comme le terrorisme, le "fascisme", la Commune de Paris, mais sachant détendre l' atmosphère d'une pirouette plaisante (il n' hésite pas à citer nommément le Président actuel et de faire allusion  à son prédécesser : "parmi les hommes de pouvoir, même l' un s 'est acheté un scooter pour mieux plaire... -sous-entendu aux femmes, car il parlait de la séduction par l' argent, le pouvoir etc... -Philosophe  Fugain ? oui, un peu, et surtout brillant observateur de nos sociétés... 
Musicalement et scéniquement, c'est un sans-faute, très chaleureux et naturel (pour l' avant-dernière chanson, entièrement composée et écrite par lui) il se reprend à deux fois après un "pain vocal" mais ça passe tout seul, avec le sourire et les applaudissements d'un public bon enfant et conquis d' avance...
Un magnifique moment où l' on redécouvre un grand de la chanson française, sincère et talentueux... On le revoit pour ses 80 ans ? -De toutes façons, on se suit d'assez près tous les deux!
Je n'ai pris qu'une seule photo, complètement ratée d' ailleurs, mais je la publie avec une prise en 74 ou 75 !
 

Posté par Richard SCOTTO à 11:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]


03 janvier 2018

CONCERT DES " JAZZ PLAYERS" AU "BARYTON" (Lanton,Bassin d ' Arcachon)

C'est Vendredi 5 Janvier à 21.30 H que se produira au "BARYTON" - café concert à Lanton près d' Andernos- le quartet "Jazz Players" formé autour du pianiste Jacques PAILHES - Cliquez sur ce lien ou recopiez le dans votre navigateur pour plus de détails ! :

 

file:///C:/Users/RICHARD/AppData/Local/Temp/Affiche%20Baryton%20-5.pdf

 

Posté par Richard SCOTTO à 10:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 janvier 2018

2018

Bonjour !
Et voilà une année qui s' achève, avec son lot de joies et de tristesses -
Nous avons tous été concernés par les nombreux évènements qui ont jalonné les cours du temps...
Résultats d 'élections diverses "bouleversants", -au sens premier du terme-, mais aussi grande tristesse de voir partir plusieurs icônes de l' art et de la culture , et surtout à quelques jours de Noël ces malheureux petits innocents victimes de ce terrible accident... Personnellement, cela m'a infiniment touché, certains ont lu sur ce même blog et/ou sur FaceBook ce que j'ai écrit à ce sujet - 
Bien que ce soit si banal, je tiens à souhaiter à tous mes amis, mes copains, ceux qui continuent à me lire et aussi ceux qui m'ont complètement oublié, et à tous mes lointains cousins et cousines et autres proches de la famille, UNE BELLE ANNEE 2018 - Essayons de prodiguer du bonheur à nos entourages car cela dépend beaucoup de nous... Prêter attention à nos proches et aussi aux "autres" , voisins, collègues, passants même, inconnus dasn le besoin d' aide etc...
N 'oublions pas "le plus important c 'est d'aimer, et on sera aimé en retour" comme le dit si bien cette chanson :

"NATURE BOY" version de Nat King Cole ...

https://www.youtube.com/watch?v=Iq0XJCJ1Srw

Richard

Posté par Richard SCOTTO à 12:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 décembre 2017

UN CONTE (UN PEU TRISTE) DE NOËL

SIX PETITS ANGES ONT GRAVI L' ESCALIER VERS LE PARADIS...

 

Tristes nouvelles en cette veille de Noël et de Fêtes...

Deux « donneurs de bonheur » nous ont quitté !

Deux illustres personnages, aux vies certes bien remplies, comblés par leurs réussites respectives et leurs amours nombreuses, leurs « fans » , leurs lecteurs, leurs auditeurs, les femmes de leur vie, leurs enfants et petits-enfants, et nous, le public, le peuple des admirateurs -car on est bien obligé d' admettre qu'une telle longévité dans la vie publique a quelque chose d' admirable non ?-

En-dehors du lot -hélas habituel- des problèmes humanitaires dont nous sommes les témoins permanents, on pensait que les mauvaises nouvelles cesseraient ne fût-ce que pour la « trêve des confiseurs » mais hélas, un horrible « fait divers » comme on qualifie souvent ce genre de tragédie, vient endeuiller six familles, plusieurs villages, et même toute la nation...

Six petits innocents viennent de nous quitter dans de terribles conditions, emportés en quelques secondes à quelques jours d'une fête qui devait leur apporter tout le bonheur que l'on souhaite aux enfants que l'on aime... Retour joyeux de l' école dans un car qu'ils connaissent bien, avec au volant une conductrice certainement choisie pour sa compétence, sans doute même de pour sa « douceur de pilotage » -et là j' ouvre une parenthèse, vous avez bien compris que ce n'est pas de l' humour noir, les faits sont trop graves , mais c'est juste parce que j'avais déjà remarqué à Paris, et maintenant ici à Bordeaux, que les bus conduits par des femmes nous « malmènent » infiniment moins que ceux conduits par des hommes , en tous cas très souvent ! - Les parents, rassurés comme chaque jour (« au moins les enfants sont bien à l' abri dans le car, vous imaginez, chère amie si nos petits devaient faire le chemin à bicyclette ou plus tard, ados, en scooter ! Les dangers de la route etc...)
Que s'est il donc passé ???
Difficile d'imaginer la conductrice s'engageant alors que les feux clignotent au rouge, voire même que les barrières commencent à s 'abaisser ?
L 'enquête le dira...
Mais tout de même... Depuis que l'on a connu tant de drames semblables, ne pourrait-on pas doubler la sécurité avec une signalisation renforcée (par exemple un premier feu ORANGE commandé par le train un kilomètre avant le rouge, soit 30 à 45 secondes avant, pour prévenir suffisamment à l' avance un véhicule... Après tout c'est ce que nous avons sur nos feux en ville non ???
C 'est une idée comme une autre...

Mais je pense aux enfants, et bien sûr à leurs parents, leurs familles, amis, les petits camarades présents ou non dans l' autocar, leurs traumatismes, leurs chagrins...

C 'est une maigre consolation je sais, mais voilà … « I have a dream » avait dit le pasteur Luther King... Dans ce rêve, les deux derniers arrivants au Paradis, un certain « Comte D 'O... » et une certaine « Idole » (des jeunes jusqu'à 99 ans au moins!) ,après avoir fêté leurs retrouvailles avec leurs nombreux amis ( on dit que « Johnny » remonte un groupe avec « Jimi » comme guitare-solo, Entwistle à la basse, Prévotat à la batterie, Ray Charles aux claviers et pour la section « vents » : Gillespie, Getz, Brecker ! Entre autres évidemment – Erick Bamy est chargé de recruter les choristes ! ) ; Quant à « Jeand 'O. » il a été accueilli à bras ouverts par « Simone » une copine de l' Académie !
Nouveaux arrivants là-haut ils ont été ovationnés par tous leurs amis, même les étrangers ( Elvis, Ricky, Buddy, Vince, Gene, Eddie et tant d'autres, curieux de connaître enfin celui qui avait fait découvrir aux « petits Frenchies » leurs créations originales – Il y a même un certain « Chuck » qui s'est mis à leur tourner « autour et autour » en faisant des pas de canard et en leur chantant en grattant sa guitare les rares mots de Français qu'il connaît : « c 'est la vie... disent les anciens... » !

Le Grand Chef, un barbu assez âgé, leur a fait un petit discours de bienvenue, et un beau gosse aux longs cheveux est venu au-devant de « Johnny » accompagné de ses parents, un charpentier et une femme très douce « Marie » qu'il présentée comme « maman » , ainsi que sa fiancée une certaine Marie-Madeleine (très « sexy » je crois qu'elle a tapé dans l' œil de Johnny et même de « Jean d' O. » tous deux pas en reste quant à la brillance de leurs yeux d' azur !!! )
Tout ce petit monde a remercié « Johnny » pour avoir parlé de Marie, de son charpentier etc...Le beau gosse aux cheveux longs l' a même remercié de l' avoir comparé à un « Hippy »

Johnny qui comptait prendre du repos a dit à « Jean » : « ça y est, à peine arrivé le cirque recommence ! Je m'en doutais, « Freddy » m'en avait parlé : « show must go on »... !

Les nouveaux ont pris possession de leur nouvelle demeure... En fait ils peuvent être nulle part et partout à la fois... De toutes façons, dans ces « plaines éternelles » pas de désir inassouvi, pas de violence, et en plus on peut être en contact immédiat avec ceux qu'on a laissés en bas -comme dans les films « Ghost » ou « Always » par exemple... Et puis on a tout ce qu'on veut et tout de suite !

Quelques jours après leur arrivée, lorsque Johnny et Jean ont appris le drame de Millas, ils se sont aussitôt proposés pour accueillir les nouveaux arrivants, afin d' adoucir la soudaineté de leur voyage...

Jean a écrit une série de contes et nouvelles et Johnny, se souvenant de son intervention dans l' école de sa plus jeune fille, a récupéré la très belle « Gibson J 200 N » (achetée à Paris chez le fameux « Narbé » un « luthier d' expérience », fournisseur bien aimé de très nombreux guitaristes), pour leur préparer un récital autour des « Christmas Carols » -chants de Noël- ( en fait ils vont remonter une chorale notamment avec « Franckie », « Dean », « Nat » et quelques autres dont « Glenn » qui leur chantera « Bienvenue aux nouveaux garçons arrivés en ville »...

Sur notre petite boule brillante, il y aura de la joie, espérons-le, malgré les peines et notamment le chagrin des amis et parents de ces nouveaux anges... Les sapins et les cadeaux les attendront en vain
Mais je suis sûr que leurs proches sentiront le souffle de leurs ailes déployées lorsqu'ils se poseront tout près d'eux et qu'ils les aideront à surmonter leur peine... 

Le temps, s'il n' efface en rien le souvenir, peut atténuer la souffrance... Si vous croyez qu'une partie au moins de mon « conte » peut être vérité, alors vous pourrez avoir en vous l' espérance que, quand le moment sera venu -et seulement à ce moment que vous ne pouvez pas décider vous-même-, vous retrouverez tous ceux qui vous manquent, en attendant, montrez-bien à ceux qui sont autour de vous combien vous les aimez et surtout, n' hésitez pas à le leur dire, ça n' a rien de ridicule de répéter à ses proches, ses enfants, même son chat ou son chien, qu'on les aime ?


Souvenez-vous :

« The greatest thing, you' ll ever learn, is just to love and be loved in return... »

(Nature Boy, chanson inoubliable notamment par Nat King Cole)

Posté par Richard SCOTTO à 14:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 décembre 2017

Jean-Philippe SMET HALLYDAY D' ORMESSON ONT REJOINT LE PERE NOËL !!!

En deux jours, deux immenses personnages français nous ont dit "au-revoir là-haut" et nous sommes bien attristés à quelques semaines de ces fêtes que l' on souhaiterait toujours joyeuses, d 'être privé de ces deux grandes figures qui ont accompagné cinquante ans de nos vies, (pour les moins jeunes d'entre nous ... Mais... quand on se remémore la vitalité, le goût de vivre et d'aimer de nos deux disparus, peut-on parler de "vieux" ???) -Je l' écrivais hier, Jean d' Ormesson vient de passer de l' immortalité à l' Eternité !
Quant à Johnny , "notre" Johnny bien de chez nous, celui qui méritait le mieux le titre d' "Idole des Jeunes" , il aura apporté de la joie à tant de générations de tous milieux sociaux ou intellectuels, il aura vécu tant de vies en une seule, que nous continuerons, j' en suis sûr, à porter en nous quelque chose de lui... Dans cet extrait d' un des premiers épisodes de  ma "SAGA", je mentionne son nom à l 'occasion de ma "première rencontre" -via un écran de télévision en noir et blanc , puis celui d'un "Scopitone" de mon quartier- , de celui dont je ne fus jamais un grand "fan" mais dont je reconnaissais l' incroyable talent, le don du renouvellement...Un vrai Phénix... Et puis, mis à par Eric Clapton (avec "Tears in Heaven), c'est le seul qui ait fait couler mes larmes avec une chanson -Tennessee- (un soir d'été à Arcachon) - J 'ai su, par plusieurs personnes qui l'ont approché comme certains de ses musiciens ou fournisseurs d' instruments, combien il était généreux et humain... Définitivement, j' aurais gardé en moi "quelque chose de Johnny" - !!!

Voici l' extrait du texte où je parle de mes premières impressions de Johnny, dans un contexte il est vrai fort douloureux...

Septembre 1961...
je ne retournerai pas au conservatoire longtemps...Nous habitons trop loin du centre-ville et les transports ne sont pas sûrs...Désormais nous limitons les voyages à un aller en famille au centre-ville et retour le soir...J'ai rangé ma clarinette dans son étui...Aurais-je le coeur d'en jouer quand la violence explose partout...Au lycée on ne parle que de cela...A la radio, idem...
Noël ,1961...notre dernier Noël avec amis et famille...Chez nos amis ( qui nous recueillerons plus tard à  Saint-Pourçain),nous regardons la télévision, et, étonnés, nous découvrons "l' idole des jeunes" en direct à la télé...je suis pas impresionné outre-mesure, mais tout de même..quelle énergie..."Laisse les filles tu as bien le temps" nous vocifère-t-il en grattant une très belle guitare "ROYAL" ..Dans la même émission, un "quatuor" de guitaristes ...(dont un batteur...donc un TRIO avec un batteur en plus)..Ce groupe nous gratifie d'un "tube" planétaire : "APACHE"...Une révélation qui scellera à jamais ma passion pour la guitare.

Printemps 1962...

Le Lycée a fermé ses portes, certains camarades de classe sont déjà partis pour la France, d'autres même en Israel... Je joue au flipper et au baby-foot au café d'en bas , en écoutant depuis le juke box "What I'd say", ou encore "Serre la main d'un grand fou", ou encore " Daniela"...le rock a débarqué et les français s'y mettent : Chats sauvages, Chaussettes Noires, Pirates, Pénitents, Anthony, etc etc...Sur l'écran du Scopitone je regarde , halluciné, la prestation de Vince Taylor dans " Shakin' all Over", mais le soir ,vers six heures, allongé entre mon lit et le mur de ma chambre ,j'écoute sur mon " HIFIVOX" -le concurrent du Teppaz-, mon cher Cliff Richard et ses Shadows, Elvis, Ray Charles, Aznavour, Johnny, les Compagnons...Je monte le son pour couvrir les rafales et les explosions parfois toutes proches...Les radios nous commentent en direct des évènements de plus en plus tragiques...Attentats, massacre rue d' Isly à Alger...Il va falloir se résigner et le 24 juin j'embarque pour un voyage que je crois être sans retour, avec ma mère (mon père est resté là bas), sur un petit cargo qui va nous emmener à Marseille...Dans mes bagages : mes précieux disques et ma clarinette...Nos amis nous attendent à Saint-Pourçain dans leur maison familiale...

 

Posté par Richard SCOTTO à 09:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 novembre 2017

PASCAL AMOYEL ET GYÖGY CZIFFRA...OSMOSE MUSICALE

Bonjour,

Hier dans la belle salle de "l' Ermitage" au Bouscat (Bordeaux), le prodigieux pianiste Pascal Amoyel (victoire de la musique "révélation" en 2005 entre autres) nous présentait son excellent spectacle dédié à son maître pianistique et musical, le génial György Cziffra... Pouir plusieurs générations, le Français d' adoption (né Hongrois) partage  avec Samson François une place privilégiée nas le coeur des mélomanes français...
Pascal Amoyal eut l' incroyable chance de rencontrer Cziffra et de devenir un de ses disciples préféré... La vie du maître étant riches en incroyables péripéties, des bidonvilles de Budapest à la gloire internationale, en passant par l' enrôlement forcé dans la Wermacht, la désertion pour ensuite connaître le quasi-goulag soviétique, puis Hongrois, il survécut à  ses souffances tant physiques que morales et prit la place qu'il pouvait attendre vu l' incroyable précocité de son immense talent... 

L 'hommage magnifique que lui rend son disciple, excellent homme de scène et conteur que musicien, nous entraîne dnas le monde tourmenté du Hongrois, au fil des extraits musicaux signés Liszt, Schumann, Chopin, Katchatourian, Gershwin, Ellington et...Amoyel...

Une merveilleuse soirée !

Richard Scotto

Posté par Richard SCOTTO à 12:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 novembre 2017

INOUBLIABLE ET ETERNEL BREL !

Hier soir,excellente émission sur Brel (fr3)-

Parcours artistique et humain exceptionnel -
La présence scénique d' un Johnny Hallyday, la poésie réaliste et desespérée d'un Jim Morrisson, une écriture magnifique, un talent d 'acteur incontestable, une fin de vie loin du "bling-bling", au service des autres...
Irremplaçable, mais inspirateur de bien d 'autres (Lama par ex. mais pas que !) - Il aurait pu finir en plein ciel comme Saint-Ex, mais il nous a quittés comme un homme "bien ordinaire" dirait Charlebois !

Depuis le firmament, aux commandes de son "Cessna", le grand Jacques /"l' Abbé Brel" continue à inspirer ses "successeurs" -

Nous avons la chance d' avoir celui qui fait revivre Brel sur scène : Bernard Bruel, et pour les Anglophones, les versions américaines de ses chansons, dues à Mort Schumann, parolier mythique de Presley entre autres, qui par amour de notre langue, de notre art de vivre, vint s'installer en France dans les années 70 (pour la petite histoire je lui vendis sa première guitare française (lutherie de Mirecourt) , ainsi qu' à un des grands interprètes "Breliens", Scott Engel (ex-chanteur des "Walker Brothers" !)

Posté par Richard SCOTTO à 11:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 novembre 2017

Pépère t' aurais pas comme une vieille nostalgie ???

Evidemment ça devait arriver ! Depuis le temps que je dois répertorier les centaines (comment dit on quand on pense plus d'un millier...Peut-être deux mille...) de vinyles 45T et 33T , cassettes audio et CD, entre pop/rock, jazz tous styles, chanson française et étrangère, concerti, symphonies, sonates, musique contemporaine et classique..., l'envie m'a repris de les écouter ces bons vieux compagnons d'une vie... Certains sont en ma possession depuis 1959 peut-être...Ils ont voyagé... Alors, comme Fernand (et Michel) Sardou dans "Aujourd'hui peut-être..." , moi aussi, "soudain ça m' a pris !"...
Du coup j'ai déballé ma platine à convertir les vinyles -jamais utilisée ou presque- et je l'ai installée et reliée à une station "Bose" largement suffisante pour réécouter ces merveilles du passé... Ainsi, au rythme de deux ou trois disques par jour, je replonge avec délices dans un passé déjà fort lointain...Jugez-ans : Aujourd'hui j'ai écouté une rareté ... Un 33T 25 cm , compilation des "SHADOWS" groupe mythique de mon adolescence (rappelez vous le hit planétaire "APACHE"...) Ce disque m' a été offert le 3 Avril 1964 lors d'un voyage au Sahara Algérien (Colomb-Béchar), par mes copains et copines del' association "Amitié" qui rassemblait dans cette Algérie dite "nouvelle" les enfants des rares Européens qui résidaient encore dans ma bonne ville d ' Oran, essentiellement de confession catholique (l' association était gérée par des religieux -des"curés" comme on disait), mais aussi des amis juifs et des musulmans !!!
Toutes et tous réunis sous le signe de la jeunesse, de la musique, du sport etc... Adolescents espérant un monde meilleur et surtout tentant d'oublier les déchirures et blessures subies pendant les huit années précédentes... Le 3 Avril c'est pour beaucoup d'entre nous la "saint Richard" et chaque année mes proches pensent à moi... Cette année-la je reçus ce disque, un trésor pour le garçon de 17 ans que j'étais, fan des "SHADOWS" mais aussi des "BEATLES" -je venais de m'offir le 45 Tours "I WANT TO HOLD YOUR HAND" - Sur ce disque je découvris un nouveau morceau, inédit pour moi "ATLANTIS" (en Fa majeur !)... Combien de fois l' ai-je entendu sous les doigts de mes amis "Paulo" Touati, "Wally" Bennedjadi (R.I.P.), Georges El Andaloussi ou encore notre regretté collègue Daniel LOEILLOT (R.I.P. hélas lui aussi), qui avait appelé son groupe de "Shadows tribute " : "ATLANTIS" justement... En 1997, lors d'une fête à la campagne, le groupe avait merveilleusement joué cette oeuvre parmi d'autres, et je l' avais enregistrée sur mon magnifique "SONY PROFESSIONAL WALKMAN" (un cadeau de mon regretté "deuxième père spirituel en musique", l' immense clarinettiste DAVID WEBER, qui me l' avait offert à New York en 1983)... Lorsque j 'officiais dans mon magasin de musique "QUINTETTE MUSIQUE" il m' arrivait de diffuser cette cassette pendant les moments de calme... Un après midi, un client britannique entre et l' entendant me dit "vous avez enregistré un concert live des Shadows ?" ... Je lui révélai la vérité " non ce sont juste quatre amis français un jour à la campagne chez des copains..." Le gars ne le croyait pas... Il fallu que je lui fasse entendre la suite de l' enregistrement avec les bavardages des amis, les bruits de verres etc... (J 'avais laissé tourner le magnéto...) Par miracle cette cassette fonctionne encore, il faudra que je la numérise !!!
Voici la pochette du 25 cm des SHADOWS ! 

20171120_180206.jpg

Posté par Richard SCOTTO à 18:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 novembre 2017

JEAN MICHEL CABROL, UN SAXOPHONISTE A DECOUVRIR !

https://www.youtube.com/watch?v=DYeQDj3iKrA

Jean Michel Cabrol est un saxophoniste très talentueux mais discret, qui a privilégié sa vie "au pays" (GRUISSAN près de Narbonne en l' occurrence) aux étincelles fugaces d ela vie parisienne... C 'est pourtant à Paris que je l' avais rencontré, venu essayer un instrument (c 'était un sax ténor "KEILWERTH" dont j' étais quasiment l'unique dépositaire à l' époque et des becsde "PETER PONZOL" (en "FER" comme il me l' avait dit avec son délicieux accent du Sud !)
Depuis la sympathie était restée entre nous... Avec la maturité, les nombreux concerts, les tournées au sein de groupes connus (celui de Glenn Ferris notamment) le temps est venu de graver un album qui ravira les mamateurs de jazz  ! Ecoutez cet extrait sur YouTube et visitez sa page FaceBook !
On t 'espère à Bordeaux, Jean-Michel !
Richard

Posté par Richard SCOTTO à 08:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 novembre 2017

WEEK END MUSICAL BORDELAIS

Bonjour !
Lundi matin, temps radieux à Bordeaux... Etrange comportement climatique : pluie tous les dimanches et retour du soleil le Lundi (comme dans la chanson de "Clo-Clo")... Mais qu'importe... Comme l' a dit un autre chanteur-poète-chantre de tout un "peuple du soleil" l' essentiel c 'est d 'avoir "dans le coeur le soleil qu'on n 'a pas dehors" !!!

Donc, après une soirée "Jazz à Caudéran" du Jeudi qui nous a merveilleusement transporté dans les univers musicaux du "Quintet Affinity" et du quintette de Tom IBARRA-prodige guitaristique-  (avec un quatuor de jeunes "pointures" dont le moindre n'est pas Jeff MERCADIE-sax extrêmement prometteur !- mais aussi de claviériste, batteur et bassiste totalement baignés d'une musicalité "lumineuse"), je suis retourné à la "Pergola" pour le concert final avec les groupes "CAPUCINE" et " ERIC SEVA QUINTET" qui clôturaient le Festival...
"CAPUCINE" quartet de jeunes Bordelais originaires du quartier bien connu des "Capucins" - Emmenés par leur guitariste Thomas Gaucher ,le quartet original -avec vibraphone, un instrument trop rare - a été le lauréat du concours "ACTION JAZZ" est s' est produit sur des scènes réputées comme celles des Festivals de SAINT EMILION et d ' ANDERNOS (première partie de Sophie ALOUR) -J 'y étais et je peux vous assurer que ce quartet a de l' avenir, il lui faudra juste pimenter un peu leur répertoire et ne pas hésiter à revisiter deux ou trois standards en alternance avec leurs compositions...)
En tous cas leur succès ce soir là a été incontestable et mérité d'autant que la pression était forte au vu de la deuxième partie annoncée ... Du lourd, et même dirais-je du très lourd ! :

Eric SEVA -leader/compositeur : saxophones baryton, soprano ET sopranino ( pour les néophytes, un soprano -droit- en "réduction" , au son généralement "acide" mais qui devient fluide et magique sous les doigts d' Eric que j'ai vu déjà en 1988 ou 89 utiliser merveilleusement cet instrument au sein du groupe de la chanteuse Senem Diyci au "BATACLAN" -eh oui... !!!)

Manu GALVIN : guitare (en l' occurrence cette fois une superbe demi-caisse "Gibson 335" -pour les connaisseurs) - Manu, aussi discret et subtil dans ses soutiens harmoniques qu'il est visible sur scène ,capable d 'envolées lyriques pendant ses solis qui interviennent aux moments précis où le répertoire le demande -cette fois-ci un hommage au blues ,genre dont il est un grand spécialiste aux côtés de Jean-Jacques Milteau).
Manu participe à bien des aventures musicales, autant en accompagnant Maxime Leforestier par ex. qu'en se produisant bientôt au sein des "RAPETOUS" à Paris (un groupe de "pointures" guitaristiques...)

Stephane HUCHARD : Batterie... Un incontournable de la scène parisienne et des tournées...

Noé HUCHARD... fils de... : dix-huit ans... Claviériste prodigieux, a aussi joué avec Tom IBARRA... La nouvelle génération nous éblouit !

Christophe WALLEMME : contrebasse et guitare basse (Jazz-Bass Fender série "L" pour les connaisseurs !) - Lui aussi considéré  comme l'un des meilleurs du "métier" a également tourné avec des stars mondiales comme JAMES TAYLOR par exemple !

Michaël ROBINSON : chant, un des deux membres du groupe de J-J MILTEAU que j' avais vu au Parc Floral il y a 7 ou 8 ans, une présence remarquable et une voix parfaitement en phase avec le style des compositions d 'Eric... 

Show magnifique, Eric maîtrise non seulement à la perfection ses instruments, mais aussi les différents effets qu'il leur a adaptés (pédales wah-wah, phasing, volume etc... En plus, une présence humaine et scénique remarquables, annonçant chaque oeuvre, présentant ses compagnons de scène, sans oublier l' hommage et les remerciements aux organisateurs "ACTION JAZZ" ainsi qu'au maire Pierre LOTHAIRE, qui conviera le public à un buffet convivial après le concert -remerciements aux sponsors divers comme Carrefour-Market local, banque C.I.C. et commerçants Caudérannais... Un final donc superbe et une occasion de lier connaissance avec tous ces excellents musiciens et pour moi de serrer dans mes bras mon ami et "jeune frère" Eric (une amitié de ...trente ans...!) et sa ravissante épouse-manager Myriam.

Bonne nouvelle, Pierre Lothaire annonce la deuxième édition pour 2018... La salle sera-t-elle suffisante pour accueillir un public sans doute encore plus nombreux à venir  ? !!!

Hier , dimanche, nouvelle sortie musicale, cette fois-ci pour écouter le groupe "country-bluegrass-rockabilly-blues" de MARTHA FIELDS, qui, après des concerts à succès dans différents hauts-lieux de la culture "américaine" et l' enregistrement de son futur album à paraître en 2018, nous disait au-revoir après deux concerts au "GALWAY PUB" de Saint-André de Cubzac et terminait par une soirée "acoustique" (je dirais "acoustique amplifiée" et heureusement , vu le brouhaha indécent suscité par certains consommateurs peu motivés par la musique !) - Avantage, ce concert au "CAFE BRUN" -pub de la rue Saint-Rémi à Bordeaux débutait dès 19 heures - Dans l' espace dédiée à la "scène" Martha, superbe et coiffé d'un magnifique couvre-chef emplumé de faisan (! ) guitare acoustique "Gibson" en bandoulière, nous présente son "show" et ses musiciens dans un français très correct -il est vrai que la Texane se partage entre Yvrac près Bordeaux et Austin (Texas) par périodes égales...
Le groupe s'appuie sur le solide contrebassiste Serge SAMYN, (aussi guitare-basse, chant/choeurs)
le magnifique multi-instrumentiste Manu BERTRAND (lap-steel guitar, banjo 5 cordes, mandoline), entourés du guitariste
Urbain LAMBERT et du violoniste Olivier LECLERC qui apportent la touche typique "country-music" au répertoire très éclectique (compositions de Martha, et standards repris aux grands noms de cette musique si vaste dans ses différentes approches (y compris une chanson de Janis Joplin !)
Le pub était ultra-bondé... Aussi l' ai-je quitté après le premier set, non pas par lassitude de cette musique que j'aime tant mais à la fois pour laisser la place à de nouveaux arrivants et terminer fort "bourgeoisement" cette soirée au chaud à la maison !

En tous cas me revoilà motivé pour recommencer mes gratouilles guitaristiques n' en déplaisent à ces immenses pointures que j'ai eu la joie de voir ou revoir ces trois derniers jours ! (Le leader de "Capucine" excellent guitariste -je dirais à la croisée des routes de Georges Benson, Kenny Burrel, Barney Kessel etc...-, étant lui aussi une motivation suffisante pour me pousser à essayer de m' améliorer ! ) Mais la "route sera longue et venteuse"* comme dirait Paul Mc Cartney avant d'y parvenir... Qu'importe, l' important est de participer !

Rendez-vous sur d'autres lieux, pour d'autres styles, d' autres artistes... Ce qui compte, c'est la MUSIQUE !

* allusion à "THE LONG AND WINDING ROAD" une de mes chansons fétiches du dernier album des Beatles

 

Posté par Richard SCOTTO à 14:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 novembre 2017

Jazz à Bordeaux-Caudéran, hier soir, le bonheur à la portée de tous !

 
Merveilleuse initiative de l' association "ACTION JAZZ" , avec l'appui de la mairie de Bordeaux, du maire-adjoint Pierre Lothaire et du responsable de la culture Fabien Robert qui ont mis à disposition la coquette salle de la "Pergola" pour les trois jours du Festival.
Première soirée hier avec en première partie "AFFINITY QUINTET", excellent groupe de trois musiciens chevronnés et deux "jeunes" qui nous ont ravi de leur compositions ! Je n'en dis pas plus, les spécialistes d' ACTION JAZZ vont se charger de la critique positive j'en suis certain de cette première partie...Une mention particulière pour nous avoir offert en rappel deux standards incontournables: "IN A SENTIMENTAL MOOD" et "FOOTPRINTS" superbe compo de Wayne Shorter...
 
Deuxième partie dédiée au jeune prodige de la guitare TOM IBARRA (18 ans à peine) et ses bouillants comparses pratiquement du même âge mais...Quelle maturité dans leurs créations musicales, quel enthousiasme, de magnifiques cascades de notes harmonieuses, un son superbe -notamment l' excellent Jeff Mercadié, sax-ténor promis à un bel avenir, qui a bien assimilé l' héritage des "anciens" et la créativité des nouvelles générations -et citons-le, c 'est inévitable - notamment le regretté "MIKE" ( tout le monde a compris), d'autant que TOM m' a souvent fait penser à Abercrombie, mais aussi à Stern et même Santana par moments !
Ce jeune quintet a un grand avenir devant lui -Ils nous ont présenté toutes les oeuvres de leur troisième album à paraître en Janvier - Et comme chantait Brassens "Tout est bon chez eux, y'a rien à jeter, sur l' île déserte il faut tout emporter" !
En prime, la fraîcheur juvénile de Tom,mais aussi celle des quatre autres compères... Vous avez compris, ils ont gagnés pas mal de nouveaux fans hier soir !

Ce soir, très belle soirée en perspective et demain final avec "CAPUCINE" et "ERIC SEVA" qui nous présente son nouvel album "BODY AND BLUES" 

Pour info : www.actionjazz.fr

Posté par Richard SCOTTO à 12:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 octobre 2017

Face à Naples, trois îles : Procida, Ischia, Capri
Sur la plus petite, en 1853, est né mon ancêtre Andrea SCOTTO ...

Un long périple a emmené ce migrant sur la côte d' Afrique du Nord, puis 100 ans plus tard sur celle du Midi de la France...

Soixante ans plus tard, je vais, pour la première fois, retrouver mes racines à Procida l' authentique "l'île où le temps s 'est arrêté"(je vous expliquerai pourquoi) - Une semaine enchanteresse à tous points de vue... Je reviendrai, c'est sûr... Merci à mon épouse, mes filles , à Jean-Claude et Michèle qui m'ont offert ce voyage initiatique, merci à Philippe Bourdin qui m' a fort bien conseillé et recommandé pour que le séjour soit parfait et il le fut !

La Corricella... Port de pêche où fut tourné le film

Posté par Richard SCOTTO à 13:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 juillet 2017

RETROUVAILLES A ANDERNOS JAZZ : SOPHIE ALOUR QUINTET

Résultat de recherche d'images pour "sophie alour saxophone"
Hier soir, ANDERNOS, retrouvailles fort sympathiques avec Daniel Wald et sa charmante épouse, Martine... Ancien représentant de l' éditeur "I.D. MUSIC" , bassiste chevronné et grand connaisseur , il s'est installé tout près d' Andernos sur le Bassin d' Arcachon -nous sommes donc voisins à quelques dizaines de minutes (ou beaucoup plus c' est selon la fréquentation estivale !) - Le rendez-vous était pris à l' occasion du concert -dans le cadre du festival "Andernos Jazz" - de la talentueuse (et fort charmante) Sophie ALOUR -sax ténor et soprano- secondée par son frère Julien -trompette et bugle- et un guitariste, un clavier et un batteur (dont je n'ai pas retenu les noms, fort talentueux aussi) - Nous aurions apprécié un bassiste, même si le clavier compensait au mieux...Enorme succès pour la belle et classieuse Sophie, très élégante dans sa robe, aussi charmeuse dans sa sonorité "envoûtante" que lorsqu'elle s'adresse au public ! Cerise sur le gâteau, mon "ex-cliente" me reconnaît à sa descente de scène et vient m' embrasser -Elle accepte mes compliments et nous échangeons très brièvement car elle va dédicacer ses disques mis en vente sur-place - Je crois l' avoir surprise en lui achetant un disque ? Mais d'une part j'aime beaucoup sa musique et d'autre part, c 'est une sorte de rituel mis en place depuis que j' ai "quitté le métier", en hommage à tous ces musiciens qui ont participé à l' aventure de "QUINTETTE MUSIQUE" - Elle a fait la connaissance de ma petite-fille , fort intéressée et motivée par la musique, ainsi que de mon entourage...Mais ce fut très bref, Sophie devant se plier aux exigences du "Jazz-System" et répondre aux sollicitations des "fans" (et ils étaient nombreux) et des journalistes, notamment aux infatigables membres d' "ACTION JAZZ" , omniprésents sur toutes les scènes girondines ! Pas pu rester (à regret) pour le concert d' Aurélie Tropez, mon Anna de bientôt six ans réclamant "un dessert" - pris volontiers en compagnie des Wald- et surtout ...son lit... Retour rapide donc à Arcachon, où le soleil revient avec générosité (serait-ce "l' effet Alour "? )
Bon week-end à tous !
NB : pas de photos ...Oublié mon "Olympus" et plus de batterie sur le "phone"... La vieillesse quoi... !

Posté par Richard SCOTTO à 10:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 juillet 2017

RICHARD 19 JUILLET2

19 juillet 2006 dans ma minuscule boutique de la rue Saint-Sebastien... La fin de "Quintette Musique " est proche mais j' ai le sourire (forcé sans doute) - Dans trois mois je passerai le cap des soixante ans... Derrière moi, la magnifique photo grand format offerte par Fredéric,("Fédérico") un copain qui a pris ce cliché quelques années auparavant au festival de Jazz à la Villette lors du concert de Mike Brecker -tout près de moi, essayant un sax au stand "Selmer" - Ce soir là il me demandera d' être à ses côtés pour la séance de dédicaces... Des centaines de fans se font signer leur ticket, même leur permis de conduire ! Je lui sers d' interprète et ma présence semble le rassurer... Dans quelques mois après cette photo -celle de moi au téléphone- il va nous quitter... Merveilleux Mike, comment pourrions nous t' oublier un seul instant -Hier je suis allé au Festival de Saint-Emilion, il y avait un quintette ultra-prometteur "CAPUCINE" -des Bordelais... Découvrez-les, ils en valent la peine !
Music has been all my life, and will be forever !

Posté par Richard SCOTTO à 20:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 juillet 2017

PAUL DESMOND/DAVE BRUBECK...SOUVENIR MUSICAL...

https://www.youtube.com/watch?v=PHdU5sHigYQ

Dave Brubeck - Take Five ( Original Video)

 J' ai entendu ce thème pour la première fois l' été 62 à Saint-Pourçain-sur Sioule où j' étais "réfugié" (on dit aussi -à tort- "rapatrié") chez nos bons amis connus au pays "natal" - Je passais les fins d'après midi à écouter "Salut les Copains" et c' est dans ce programme que j'ai découvert "Take Five " (je croyais que Brubeck était le nom du saxophoniste...) Puis j' ai acheté le 45 Tours que j'ai toujours... En 77 je rencontre Brubeck à Nice mais hélas Desmond a été remplacé par un clarinettiste (du nom de Smith je crois) qui joue "amplifié" avec une cellule fixée sur le baril, ce qui en résulte par un son très métallique SANS la rondeur d'un saxophone...

Posté par Richard SCOTTO à 09:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 juin 2017

SAINT JEAN !

Bonsoir, chers ami(e)s !

En ce jour de Saint-Jean , synonyme de tant de belles soirées de notre jeunesse (souvenirs de nos chers feux de St Jean , de ces débuts d' étés implacables de nos belles régions natales, bien loin désormais, symbole d'une année scolaire qui se terminait et de vacances prometteuses de jeux, de soleil, de grand air, d' amitiés ou d'amourettes parfois éphémères, mais souvent durables aussi) je tiens à vous souhaiter tout simplement une bonne fête et de beaux jours, mois, années encore à venir...

Beaucoup d'entre nous approchent ou ont entamé même la "huitième dizaine"... 

D 'autres se sont éloignés, désormais quasiment injoignables -même par les "réseaux sociaux", le "net" et même le téléphone depuis que les numéros de lignes "filaires" se raréfient sur des annuaires de plus en plus virtuels... Et beaucoup hélas nous ont définitivement quitté !

Mais heureusement, j'ai bien d'autres raisons d 'aimer la Saint-Jean !

Et d'abord, parce que JEAN est le prénom de mon parrain et oncle bien-aimé, qui fut vraiment comme un deuxième père pour moi, un ange gardien, un précepteur, un guide...

Et puis, il y eut des cousins, des copains, des amis...

C 'est à vous, mes chers Jean, mais aussi Jean-Charles, Jean-Claude, Jean-Marc, Jean-Michel, Jean-Pierre, Jean-Philippe, Jean-Yves, et aussi Jeanine, Marie-Jeanne, et les Juan, Joao, John, Giovanni, Johan, et à tous les autres, que j' envoie ce message d' amitié et d' espoir !

La température bordelaise a baissé de dix degrés -on respire- Demain, direction la Dordogne (Lascaux) avec notre club de randonnée-  L ' été promet d' être agréable...
Le chat ronronne encore et la guitare émet des sons cristallins... Ma petite-fille est passée sur la scène du "Rocher de Palmer" avec son école de musique cet après-midi et son petit frère Rafaël a dormi comme un ange qu' il est -que dis-je ? un arch'ange !!!

Belle nuit de St-Jean !

Richard

Posté par Richard SCOTTO à 19:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]